<
lundi , 29 mai 2017
 
 
Avec D. Trump, M. Abbas est mis au pied du mur

Avec D. Trump, M. Abbas est mis au pied du mur

Le site DEBKA a révélé les conditions américaines présentées au président non élu de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas par l’émissaire de la paix du Moyen-Orient américain Jason Greenblatt lors d’une réunion qui a eu lieu mardi 14 mars.

Les neuf revendications étaient littéralement énumérées comme suit, ce qui provoque d’ores et déjà la colère des pro-palestiniens :

1. Les ‘Palestiniens’ doivent retourner à la table des négociations sans conditions préalables.

2. Au-delà de l’intervention des États-Unis dans le processus de paix, les ‘Palestiniens’ doivent également accepter le rôle des principaux gouvernements arabes : en particulier l’Égypte, l’Arabie saoudite, la Jordanie et les Émirats arabes unis.

3. M. Abbas doit oublier le moratoire sur les habitations juives en Judée Samarie. Au plus, Israël gèlera l’établissement de nouvelles villes juives au cours des négociations.

4. L’administration Trump ne sera pas satisfaite des déclarations verbales des dirigeants palestiniens condamnant les actes de terreur, mais insiste sur des mesures pratiques agressives : les médias palestiniens doivent cesser de diffuser des informations anti-israéliennes, les programmes scolaires palestiniens doivent être purgés de la haine anti-israélienne, et l’AP doit renoncer à nommer des rues avec des noms de terroristes morts.

5. Les suspects d’actes de terrorisme doivent être détenus et sérieusement interrogés pour savoir qui leur a donné leurs ordres, nommer leurs complices et révéler la source de leurs armes et de leurs explosifs avant d’être jugés.

6. L’Autorité palestinienne doit mettre fin à la coutume des envois de fonds aux familles de terroristes tués ou emprisonnés.

7. Les forces de sécurité palestiniennes doivent être profondément réformées, principalement pour mettre fin à la pratique omniprésente du travail au noir, où les membres en uniforme détiennent deux emplois avec deux salaires.

8. L’Autorité palestinienne à Ramallah doit cesser de transférer des fonds à la bande de Gaza, qui servent à renforcer le régime des dirigeants extrémistes du Hamas. Les sommes transférées constituent 52% du budget total de l’AP.

9. L’administration Trump soutient une solution à deux États pour le conflit israélo-palestinien.

A propos de siteadmin

8 commentaires

  1. Le partenaire de netaniahiyu dans le conflit indispensble pour son traffic militaire de ses groupe terroriste tournant autour de son pervers regime.

  2. Bravo! Enfin des mesures sensées et saines. C’est la seule voie qui peut mener à une paix réelle. Les Palestiniens n’ont plus de légitimité et leur extortion systématique de la communauté internationale arrive enfin à terme. Tout comme à Washington, Trump nettoie les écuries d’Augias de la corruption financière et morale du monde palestinien. A trop vouloir exiger, ceux-ci vont finalement aboutir à ne rien avoir dans les mains. Ceci est leur dernière chance. S’ils la loupent (intentionnellement) comme ils ont loupé toutes les précédentes, ça va être la fin des haricots pour la soi-disant cause palestinienne, un cancer qui a empoisonné la planète pendant trop longtemps. Et il est grand temps qu’on s’en débarrasse, comme on le fait de toute tumeur.

  3. Abbas n’a aucun pouvoir pour faire appliquer ne serait ce que quelques points evoques. S’il propose ça a ses administrés il se fait tuer. La seule solution… Oublier ces gens…

  4. La première question devrait être celle de faire des élections pour savoir qui le peuple souhaite avoir comme dirigeant si c’est le Hamas celle-ci étant classée comme régime terroriste , cela mettrait fin immédiatement aux négociations avec Israël et lui éviterait de faire perdre du temps

  5. Jamais le calamiteux Obama n’aurait établi une liste aussi claire et nette sur le comportement d’enfants gâtés, pratiqué par l’AP qui est un bien mauvais partenaire « pour la paix ».
    Abbas, président non élu, n’a aucune autorité, même s’il s’autoproclame « président de l’autorité palestinienne ».
    Par contre, si par miracle il arrivait à appliquer les obligations qui lui ont été soumises, les conditions d’un véritable dialogue seront remplies, et le marchandage infini pourra commencer jusqu’à plus soif.
    Il y a fort à parier qu’il n’en sortira rien, il faut attendre au moins deux ou trois générations de « palestiniens » complètement désintoxiqués des ravages de la propagande haineuse, pour envisager quelque chose de sérieux…

  6. Pour être tranquille, plutôt que de le voir « au pied du mur » nous proliférerions le savoir en Israel « mort et enterre sous le mur »

  7. Moi je lui rajoute la dixième revendication de crever lui avec tous les palestiniens !!!

  8. Levray Dufault a encore raison!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*