<
samedi , 29 avril 2017
 
tourisme en Israël
 
Israël à l’heure de la Mimouna

Israël à l’heure de la Mimouna

Comme chaque année en Israël à la fin des fêtes de Pessa’h, une coutume juive marocaine se fait adopter par tout un pays, c’est la Mimouna.

Au programme, invitations spontanées de la famille, des amis ou des voisins, de la musique et surtout … les moufletas, ce beignet frit emblématique de cette occasion festive que l’on déguste aussi bien avec du miel qu’avec du beurre.  Au Maroc, les Juifs se souhaitaient ce soir là « Terba’h » ce qui signifie « tu gagnes » en guise de vœux de réussite et de bonheur après Pessa’h, considéré dans la tradition juive comme le nouvel an des fêtes.

Mais où trouvons nous les raisons d’une telle coutume dans la tradition juive ? La première raison est que, de toutes les périodes de l’année, celle de Pessa’h est la plus propice à la venue du Messie, alors, constatant qu’il n’est pas arrivé à la fin de la fête, nous perpétuons la joie pour prouver que nous ne nous décourageons pas, c’est notre foi qui en hébreu se dit « émouna », d’où le terme « m-imouna » = qui vient de la émouna (de la foi). Autre explication, le dernier jour de Pessa’h commémore l’ouverture de la Mer Rouge qui, en se refermant, a englouti les Egyptiens parés d’or sur leurs chars. C’est alors qu’un trésor est remonté à la surface après leur noyade, exhaussant ainsi la promesse faite à Avraham 500 ans auparavant que ses descendants sortiront de leur exil avec une grande richesse; or l’argent se dit en hébreu « mamone », là aussi une allusion au mot « Mimouna ».

C’est donc dans une ambiance chaleureuse qu’en Israël, ce soir se retrouveront beaucoup de familles et d’amis. Une petite « fête nationale » qui garde son caractère séfarade et qui séduit toujours de plus en plus, peu importe l’obédiance. D’ailleurs même la ministre de la Justice, Ayelet Shaked se fait photographier

ce soir à l’occasion d’une grande Mimouna organisée à Dimona.

 

 

A propos de David Ygal

Rapporteur pour Coolamnews spécialiste des thèmes sociétaux et religieux.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*